Mars 1915


Extrait commenté du Journal de marches et d'opérations (JMO). Disponible au SHD de Vincennes. Cote 26 N 683.

Attention, il s'agit d'une transcription. J'ai peut-être  fait des erreurs de transcription.
N'hésitez-pas à me faire part de vos remarques, par mail.





1er Mars Un homme blessé à la 6e compagnie par une balle. La compagnie de mitrailleuse à 4 sections (8 pièces) est constitué sous le commandement du Capitaine Baraduc Muller.
  • Deux chefs de pelotons :
    • Sous lieutenant Chamboredon
    • Sous lieutenant Cuillier
  • Deux adjoints adjudant :
    • Adjudant Carez
    • Adjudant Deschamps
 
     
2 Mars Relève du IIe Bataillon par le Ier Bataillon.  
   
3 et 4 Mars Violent bombardement sur les tranchées de IIe ligne, l'Ecluse d'Alger, le Pont et la Maison Blanche par du 77 et du 105, ces derniers chargées de silex.  
     
5 Mars Un homme blessé à la 3e compagnie.
 
   
6 Mars Un conducteur blessé à Cauroy. Relève du IIIe Bataillon par le IIe Bataillon.  
   
7 Mars Cauroy est violement bombardée.  
   
8 Mars Sur Maison Blanche, 10 coups de 210. Une centaine de coups de plus petit calibre sur le reste du secteur.  
   
9 Mars Journée calme.  
     
10 Mars Relève du Ier Bataillon par le IIIe Bataillon.  
   
11 Mars Bombardement sur Maison Blanche.  
     
12 Mars Idem.  
   
13 Mars Un homme de la 7e compagnie (Gastello), se tire volontairement une balle dans le bras.  
   
14 Mars Relève du IIe Bataillon par le Ier Bataillon. Relève de 2 compagnies dans la première partie de la nuit, les deux autres compagnies dans la seconde partie.  
   
15 Mars Un accident survenu avec le mortier lance grenade Aasen :Une grenade éclate dans le tube. Le lieutenant Guillemette commandant la 3e compagnie est blessé et évacué. Le sous lieutenant Paillusseau et le soldat Legras de la 11e compagnie, victimes du même accident, sont légèrement blessés, ils restent au corps.  
   
16 Mars Rien de spécial à signaler.  
   
17 Mars Notre 155 court opère un tir de destruction sur les ouvrages des tranchées ennemies à droite de la route d'Alguicourt.  
___________________________________________________________________________________________________________________________________  
Le JMO de la 12e Brigade nous explique les cause de se bombardement :
  • 15 Mars 1915 : L'ennemi organise au milieu de la lisière Sud du Bois en Potence un véritable blockhaus paraissant former un bastion. Les terrassements sont poursuivis même dans la journée
  • 16 Mars 1915 : Rien à signaler
  • 17 Mars : L'A.L (155 L) execute un tir de destruction sur l'ouvrage de la lisière sud du Bois en Potence signalé le 15.
Le JMO du 22e RAC nous donne aussi des indications :
  • 15 Mars 1915 : [...] A 14h, la 1ere batterie qui dans la matinée, a déjà tiré sur le bois en potence, tir sur un ouvrage blanc (en ciment ?) nouvellement construit par l'ennemi dans les tranchées immédiatement à droite du chemin du Godat à Aguilcourt.
  • 16 Mars 1915 : Dans la nuit, à 2h50, l'infanterie signale deux mitrailleuses qui gênent les travailleurs, une à la corne O du bois en potence, l'autre dans l'ouvrage en ciment signalé hier.
  • 17 Mars : [...] La 4e Batterie tire entre 23h et 1h sur le fortin à la corne S du bois en potence.
 
___________________________________________________________________________________________________________________________________  
18 Mars L'Artillerie ennemie montre un peu plus d'activité que les jours précédents. Relève du IIIe Bataillon par le IIe Bataillon.
  • Deux compagnies : 1ere partie de la nuit
  • Deux compagnies : la seconde partie
 
   
19 Mars Bombardement habituel, rien de spécial  
   
20 Mars. Journée calme. Le soir sur 19h30, quelques 77 sur les tranchées de IIe zone. Un blessé par chrapnell à la 7e compagnie. Un homme tué par une balle à la 1ere compagnie.  
___________________________________________________________________________________________________________________________________  
  En mai 1915, Le journal de Lisieux, le Lexovien, publie deux citations qui nous permettent de comprendre ce qu'il s'est passé durant cette nuit du 20 au 21 mars 1915 : "Le lieutenant colonel commandant le 119e régiment d'infanterie, a cité à l'ordre du régiment, pour leur belle conduite les soldats suivants :
  • Achille Alfred Deuve, soldat à la 1ere compagnie :
    " Jeune soldat de la classe 1914, travailleur adroit, courageux et toujours volontaire. A été mortellement atteint d'une balle à la tête dans la nuit du 20 au 21 mars, tandis qu'il plaçait des défenses accessoires autour d'une ancienne tranchée abandonnée à moins de 75 mètres de la première tranchée ennemie."
  • Louis Paul Carpentier soldat à la 1ere compagnie :
    "Jeune soldat de la classe 1914, travailleur adroit, courageux et toujours volontaire, ayant été repoussé par le feu de l'ennemi tandis qu'il plaçait des défenses accessoires autour d'une ancienne tranchée abandonnée à environ 75 mètres de la première tranchée allemande, s'est aussitôt offert pour aller chercher son co équipier, tombé mortellement atteint, et a pu le ramener dans les lignes"

M. Achille Deuve habitait à Bonneville La Louvet. Il est le frère de Mme Lefèvre, 26 rue du Camp Franc, à Lisieux. Un service funèbre a été célébré aujourd'hui pour le repos de l'âme du soldat en l'église de Bonneville La Louvet. "

Le soldat Carpentier Louis Paul devait tomber en Artois, son corps repose dans la nécropole national de la Targette à Neuville Saint Vaast.

 
___________________________________________________________________________________________________________________________________  
   
21 Mars Rien à signaler.  
   
22 Mars Un homme tué derrière un créneau à la 3e compagnie. Le corps reçoit 169 hommes et caporaux provenant de la suppression du bataillon de marche du 39e RI. Le colonel reparti ce renfort, unifiant les compagnies à environ 240 combattants par compagnies. Le lieutenant de Bellefond est promu capitaine.
L'adjudant Maheu est promu sous lieutenant. Ces deux officiers quittent le corps et sont envoyés au dépôt pour encadrer de nouvelles formations .Relève du Ier Bataillon par le IIIe Bataillon. Un officier, deux sous officiers et 20 cavaliers du 7e Chasseurs viennent aux tranchées avec le 3e bataillon pour y passer 4 jours et apprendre le service des tranchées.
Chaque Bataillon, emmène un détachement de manière à ce que tous les hommes de l'escadron affecté à la division (6e DI) passent deux fois 4 jours aux tranchées.
 
   
26 Mars Relève du IIe Bataillon par le Ier Bataillon.  
   
27 au 29 Mars Rien à signaler.  
   
30 Mars Relève du IIIe Bataillon par le IIe Bataillon.  
   
31 Mars Un blessé par éclats d'obus à la 4e compagnie (sur la berge Est du Canal).  
   

 

Février 1915
Accueil
Avril 1915